15janvier

S’inspirer des Booktubeurs en bibliothèque

Les bibliothèques recherchent constamment de nouvelles idées afin de mettre en avant leurs collections et attirer de nouveaux usagers, notamment via Internet. Cet article a pour objectif de vous présenter un concept original qui peut être utilisé par les bibliothécaires afin de communiquer leurs coups de cœurs ou ceux de leurs lecteurs.

Qu’est-ce qu’un Booktuber ?

Vous connaissiez les Youtubeurs, ces internautes qui alimentent une chaîne Youtube consacrée à leurs passions (Norman, le Joueur du Grenier, etc). Mais avez-vous déjà entendu parler des Booktubeurs ?

Des lecteurs – les Booktubeurs – publient des vidéos en ligne sur leur chaîne pour parler de leurs lectures, partager leurs découvertes et coups de cœur. Ils se filment la plupart du temps dans leur chambre ou devant des étagères remplies de livres et proposent des critiques décalées et personnelles. 

Les chroniques littéraires existent sur YouTube depuis le lancement de la plateforme en 2005, mais il faut attendre 2009 pour que la tendance prenne de l’ampleur aux États-Unis. Aujourd’hui le phénomène est mondial, les communautés anglophones et hispanophones – notamment en Espagne et Argentine – sont les plus importantes.

Quelques exemples de Booktubeurs

Les francophones

Le rouquin bouquineFairy NeverlandBulledopMoody take a bookMargaud liseuse

Les anglophones


Poland Bananas Books | Little book owl | Book with Dylan | Peruse Project

Pour en savoir plus, consultez le portrait-robot du booktubeur via le site Le Recueil factice.

Quel est le contenu de ces vidéos ?

A l’origine la communauté comptait beaucoup de jeunes femmes passionnées par la littérature pour « Jeunes adultes » (dont la fantasy, la science-fiction, les mangas…). Depuis le cercle et les intérêts des Booktubers se sont progressivement élargis et concernent tous les âges et de nombreux genres littéraires.

En plus des critiques de livres, les Booktubeurs disposent d’une multitude de vidéos (déballage d’un colis de livres, présentation de sa bibliothèque personnelle …) et d’un jargon spécifique (PAL : pile à lire, unboxing : déballage de livres, etc.). De nombreux concours sont également organisés tels que le BookTubeAThon dont le but est de faire lire un maximum de livres aux participants pendant une semaine.

Comment s’en inspirer dans les bibliothèques ?

Pas d’inquiétude. Les critiques littéraires des Booktubeurs ne remplaceront pas les conseils proposés par les bibliothécaires. Ces nouveaux prescripteurs sont par contre complémentaires puisqu’ils s’adressent principalement à une cible sous-représentée dans les bibliothèques : les jeunes adultes. Pourquoi ne pas s’inspirer de ce phénomène et s’approprier ce type de médiation dans les bibliothèques ?

Les bibliothèques municipales de Grenoble l’ont fait : en 2015, à l’occasion du Printemps du livre de Grenoble, elles ont proposé à tous les intéressés de devenir Booktubeur le temps de l’évènement. De nombreux lecteurs ont joué le jeu et se sont filmés en train de présenter l’un des ouvrages sélectionné pour l’événement. Voir les vidéos sur le compte Youtube du Printemps du livre de Grenoble.

D’autres bibliothèques se sont lancées dans l’aventure, comme le mentionne Le recueil Factice : la bibliothèque de Montreuil, la BU d’Angers, la BM de Nanterre, etc. Une conférence a dernièrement eu lieu à ce sujet, organisée par la BDP d’Ardèche : Le booktubeur et le bibliothècaire, le film.

Quelques idées…

Les animations qui peuvent utiliser le principe du Booktube

  • un « club de lecture » digital : proposer aux participants du club lecture « physique » de la bibliothèque de filmer leurs critiques de livres (ou tout autre document).
  • réutiliser les « défis lecture » proposés généralement aux scolaires et les passer à la sauce « Booktube ». De nombreux professeurs seront enchantés d’allier littérature et nouvelles technologies. Cette animation peut bien sûr être organisée hors du cadre scolaire.
  • le coup de cœurs des bibliothécaires : les bibliothécaires peuvent aussi devenir des Booktubers, en proposant régulièrement des critiques coup de cœurs en vidéo.
  • un atelier numérique du type « Publier ma critique littéraire en ligne via Youtube », où les animateurs multimédia accompagne des critiques littéraires en herbe dans la publication de leur première vidéo.
  • utiliser les 

Les indispensables

Bien sûr, il est primordial de créer un compte chez un hébergeur de vidéos (Youtube, Dailymotion, etc.), de disposer d’un appareil photo permettant de réaliser des vidéos, de motiver son public (et ses équipes) pour ce projet participatif. La vidéo étant généralement enregistrée d’une traite et ne nécessitant pas ou peu de montage, il n’y a pas de contraintes techniques insurmontables. La Booktubeuse Myriam (Un jour, un livre) propose d’ailleurs quelques vidéos explicatives pour réaliser son premier Booktube.

Et surtout, ne pas oublier de partager ses Booktubes via les réseaux sociaux ou sur son portail documentaire… Tous les portails permettent aujourd’hui d’intégrer des vidéos facilement : sur Decalog PORTAIL, il s’agit d’insérer l’url de la vidéo et sur Decalog OPAC d’intégrer le code d’intégration fournit par l’hébergeur de la vidéo.

Posté par Decalog  Posté le 15 Jan 

0 Commentaire(s) posté(s)